Edito

Mais où est passé l’argent de l’industrie musicale ?

Les ventes de disques sont en chute libre et pourtant la musique n’a jamais été aussi présente dans la vie des gens. Elle se consomme, se diffuse, s’échange avec une simplicité inégalée jusqu’à aujourd’hui.

L’industrie musicale se réinvente. Si elle doit encore définir le modèle économique qui lui permettra de négocier le virage du numérique, elle génère beaucoup de recettes, et pas toujours là où on les attend.

Si la cassette a disparu des lecteurs, le compact disc semble s’accrocher aux platines. Un petit retour en arrière sur les évolutions techniques au cours du XXème siècle montre que l’industrie musicale n’en est pas à sa première révolution.

Prokoviev peut désormais vendre du soda, boudés dans les bacs les artistes sont de retour sur scène, les nouvelles générations misent sur le net pour tisser des relations solides avec leurs fans, garantissant ainsi leurs ventes…

De l’internaute producteur à la musique équitable, la toile a démultiplié les possibilités, les artistes témoignent.

Du Québec à la métropole, tour d’horizon d’un marché  en pleine mutation.

Lucie Robert et Pauline Turuban

L’évolution du marché de la musique reste stable

Dans son bilan de 2010, la Société des artistes, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem) montre une stabilité des revenus en 2009, mais qui masquerait des disparités importantes.

De 2003 à 2009, les perceptions de la Sacem restent stables. Celle-ci comprend un nombre total de 130 000 sociétaires (38 millions d’œuvres). La perception totale de la société en 2009 est estimée à 763,5 M€. Cette année a connu une évolution : 4400 auteurs compositeurs et 220 éditeurs nouveaux.


© Sacem 2010

Lire la suite

« Le marché du disque a baissé de plus de 50% en six ans »

3 questions à Olivier Vitu, responsable marketing et communication client à la Sacem.

Crise du disque, loi d’Hadopi, disparités entre artistes, il analyse les caractéristiques du marché de la musique.

Comment évaluez-vous le marché de la musique avec la crise du disque ?

Le marché du disque est en forte baisse depuis 2003 à cause du piratage, qui n’est pas la seule raison car il y a la responsabilité de l’offre musicale, la promotion d’artistes… C’est une baisse de plus de 50% en six ans et qui est loin d’être compensée par l’exploitation on line des œuvres. Les spectacles affichent toutefois une très bonne santé, surtout pour les grandes tournées et les vedettes très connues.

Lire la suite

La crise du disque en chiffres

Depuis 2003, les ventes de CD sont en régression. Les ventes de supports réalisées par les éditeurs ont représenté en 2009 un chiffre d’affaires de 512,1 millions d’euros alors qu’il était de 1,112 milliards d’euros en 2003. Les ventes ont marqué toutefois un ralentissement de la baisse du marché entre 2008 et 2009. Analyse basée sur les chiffres publiés par le Snep en 2010.

L’évolution du chiffre d’affaires entre 2008 et 2009 (-3,4 %) se décompose en ventes de singles (‐34%), d’albums (‐4%) et de vidéomusicales (+16%). La crise touche les répertoires de façon inégale. Le répertoire francophone, assis sur un marché plus restreint, souffre davantage que le répertoire international. Depuis le début de la crise en 2003, le marché physique a chuté de plus de 60% dont ‐30% pour le classique, ‐63% pour le répertoire francophone et ‐60% pour le répertoire international.

Lire la suite

Du gramophone au MP3

Retour sur les grandes dates qui ont fait l’histoire de l’industrie musicale en mots et en images

L’histoire commence en 1877, date à laquelle Charles Cros met en place le « paléophone ». L’idée n’a jamais été concrétisée : l’inventeur français n’avait pas encore construit de prototype quand l’Américain Thomas Edison a déposé un brevet pour le phonographe. A son tour, il sera évincé par Emile Berliner. En 1888, l’ingénieur allemand parvient à faire tourner le premier disque, un 78 tours en zinc enduit de cire, sur son gramophone.

Lire la suite

Paroles et musique, un lexique pour comprendre la crise du disque

Ringtone, streaming et SMAC… poser des mots sur les maux de l’industrie de la musique.

Agent : personne ou société représentant un ou plusieurs artistes en vue de conclure des contrats de spectacles. Il est en général rémunéré par un pourcentage sur le cachet de l’artiste.

Contrat de licence : convention conclue entre un producteur et une maison de disques par laquelle le producteur cède à celle-ci le droit de reproduire, distribuer et assurer la promotion de l’enregistrement en échange d’une redevance perçue sur chaque exemplaire vendu.

Lire la suite

Le CD n’est pas déCD

Après le vinyle et la cassette audio au début des années 1990, le Compact Disc pourrait être la prochaine victime des changements de supports musicaux. Mais pour l’industrie, il reste indispensable.

Le marché du CD implose

Chaque jour, des cassettes audio vomissent leur bande magnétique dans des boîtes à gants ou prennent un peu plus la poussière dans des armoires. Mais son fossoyeur, le CD, risque de ne pas survivre bien longtemps. Pour preuve, le déclin des ventes sur le long terme : moins 56% depuis 2002. L’an dernier, le nombre de disques vendus dans l’hexagone est passé sous la barre des 60 millions, générant un chiffre d’affaires de 814,8 millions d’euros. Soit une perte de 100 millions d’euros par rapport à 2008. C’est l’équivalent de l’aide d’urgence envoyée par l’Union Européenne en Haïti ou le prix de deux Airbus A320. Alors pourquoi les maisons de disques ne l’abandonnent pas complètement pour se consacrer aux délices du numérique ?

Lire la suite