« Le disque reste très structurant dans les pratiques »

Emilie Da Lage, chercheuse en sciences de la communication à l’université Lille III, analyse les caractéristiques de la crise actuelle du disque

L’industrie du disque traverse-t-elle une crise inédite ? Emilie Da Lage, membre de l’Observatoire des mutations des industries culturelles (OMIC) et maître de conférences à l’université Lille III, est mitigée.  « Cette crise n’est pas si inédite que cela. L’industrie du disque a déjà connu des passages à vide, mais a toujours trouvé des parades en renouvelant les formats de diffusion et d’enregistrement de la musique. Par exemple, au début des années 1980, le CD est apparu comme LA solution pour relancer un marché très mal en point », explique-t-elle.

Pour autant, cela n’en fait pas une crise comme les autres. Entre 2002 et 2005, le marché du détail français a perdu 20% de sa valeur. « La longueur et la difficulté des acteurs à s’organiser pour sortir de cette crise la rendent assez atypique », nuance Emilie Da Lage.

Au regard des siècles passés, l’industrie du disque vit une révolution avec l’arrivée du numérique et d’Internet. Subir une mutation ne signifie pas forcément disparaître. « Le disque reste très structurant dans les pratiques, y compris dans les pratiques en ligne. L’album produit est moins un moyen de gagner de l’argent que d’accéder à une certaine notoriété, mais il reste une étape incontournable de la professionnalisation des groupes », analyse Emilie Da Lage.

Ce qui n’empêche pas les ventes de disques de chuter. L’industrie du disque pesait 38 milliards de dollars dans le monde en 2003. Mais 10 milliards de moins cinq ans après… Le disque n’est plus le principal support de diffusion de la musique. Le numérique induit l’essor des téléchargements de fichiers sur Internet, légaux ou illégaux. De là à faire porter le chapeau au piratage, il n’y a qu’un pas. Pourtant, le « pirate » n’est pas le seul coupable. Et s’il fait baisser la vente de disques, il n’empêche pas les principaux acteurs de l’industrie musicale de gagner de l’argent ailleurs.

Les explications d’Emilie Da Lage :

Violaine Jaussent

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s