« Sur 20 000 écoutes sur Deezer, Marcel et son Orchestre a touché 10,40 euros »

Le chanteur de « Marcel et son Orchestre » évoque la difficulté de gagner sa vie dans un secteur mouvant qui traverse une période de doute.

Bas résilles, robes à fleurs et « ska-punk moules frites ». Marcel et son orchestre est un groupe originaire de Boulogne sur mer. Un  ambassadeur du Nord-Pas de Calais qui sent la sueur, la bière ambrée et le maquillage qui coule. Vingt-cinq ans de carrière, 400 000 disques vendus, 1500 concerts. Franck Vandecasteele, chanteur-leader du groupe, évoque en grand indépendant l’état de l’industrie musicale.

Le chanteur des « Marcel » dénonce les dérives d’une « culture devenue marchande », « un système qui pousse à la crétinerie culturelle » et les méthodes des grands distributeurs de disques.

« Le système de l’offre illimitée ne marche dans aucun secteur d’activité alors pourquoi fonctionnerait-il dans le mien ? La musique aussi est génératrice de métier, d’emploi, de travail », dénonce Franck Vandecasteele.

Il avoue vivre de moins en moins bien de sa musique et craint pour les petits groupes, notamment pour la « musique exigeante ».

Un constat amer qui ne le décourage pas. C’est juré, il continuera à véhiculer son mot d’ordre : « danse, déconne et dénonce ».

Rémi Ink

Publicités

4 réponses à “« Sur 20 000 écoutes sur Deezer, Marcel et son Orchestre a touché 10,40 euros »

  1. « Le système de l’offre illimitée ne marche dans aucun secteur d’activité » ah bon ? Pourtant moi j’ai plein d’exemples en tête, téléphonie et internet en premier ! Et dans un secteur plus culturel, les cartes de cinéma illimité (Pathé ou UGC) rencontrent un beau succès.

  2. ce débat tourne depuis un certain temps, et à fait l’objet d’un passage très contesté d’une fameuse lettre ouverte de certains labels indépendants.

    Pourtant il faut se mettre à compter plus large. 20000 auditeurs c’est très faible comparé à n’importe quelle radio (à un instant donné, simultanément).
    Malgré des différences pas gigantesque entre Philippe Astor et moi-même, on arrive au fait que, ramené au nombre d’auditeurs, Deezer rapporte beaucoup plus que la radio.
    La preuve :
    http://www.arbobo.fr/la-rebellion-des-indes-combien-rapporte-une-diffusion-de-chanson/

    le truc, c’est que l’écoute à la demande ça restera peanuts, les auditeurs qui veulent choisir ce qu’ils écoutent c’est rare, sauf à faire un anniversaire chez soi en branchant l’ordi sur le net, mais ça c’est une fois l’an.

    Autrement dit le problème n’est pas ce que rapporte Deezer, c’est de croire que l’écoute à la demande aurait pu être un substitut aux médias traditionnels jusque dans les revenus générés.

  3. … bon, j’y connais pas grand chose… mais…

    Ne faudrait-il pas limiter l’internaute à 5 écoutes du même CD sur deezer?

  4. « Il avoue vivre de moins en moins bien de sa musique »

    > il pourrait aussi avouer qu’au fil des années son groupe s’effoufle non ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s