Du gramophone au MP3

Retour sur les grandes dates qui ont fait l’histoire de l’industrie musicale en mots et en images

L’histoire commence en 1877, date à laquelle Charles Cros met en place le « paléophone ». L’idée n’a jamais été concrétisée : l’inventeur français n’avait pas encore construit de prototype quand l’Américain Thomas Edison a déposé un brevet pour le phonographe. A son tour, il sera évincé par Emile Berliner. En 1888, l’ingénieur allemand parvient à faire tourner le premier disque, un 78 tours en zinc enduit de cire, sur son gramophone.

L’arrivée de la radio, dix ans plus tard, permet au gramophone de se développer. Le média constitue aussi un concurrent dynamique. Grâce à la radio, de plus en plus de personnes écoutent la musique vendue sur les disques. « L’arrivée des premiers enregistrements dans les années 1920 et 1930 a démultiplié le nombre d’auditeurs. Cela n’a pas fondamentalement modifié les conditions d’existence de la musique. Au contraire, cela les a promues », explique Emmanuel Braconnier, intervenant sur l’industrie discographique à Sciences-Po Lille.

1948 : nouveau tournant dans l’histoire de l’industrie discographique. Le disque microsillon en vinyle permettant la stéréophonie est lancé par Columbia. Et donne naissance à une compétition : le 45 tours versus le 33 tours. Le premier est développé pour le répertoire de musiques populaires, le second est d’abord dédié au répertoire classique. C’est aussi une guerre de format : le 33 tours, également appelé LP (longplay), est l’album d’aujourd’hui, le 45 tours le single.

L’arrivée des vinyles, devenu aujourd’hui objet d’anthologie à la mode, marque le début de profondes mutations qui ont lieu dans la seconde partie du XXe siècle. Une période où tout s’accélère, comme l’analyse Emmanuel Braconnier dans ce diaporama sonore qui retrace l’arrivée des supports, de la cassette au MP3 en passant par le CD.

Violaine Jaussent

Publicités

2 réponses à “Du gramophone au MP3

  1. certes la guerre de formats a bien eu lieu (et soit dit en passant elle a bien failli tuer l’industrie du disque),
    mais le grand enseignement pour la période actuelle, c’est que les premières maisons de disques ont été créées par les fabricants de matériel pour pouvoir mieux écouler leurs phonos et autres Teppaz.

    pas inutile de s’en rappeler quand les majors ont été incapables d’alliances stratégiques avec les constructeurs de lecteurs mp3 et autres.
    Pourtant l’exemple est sous leurs yeux depuis le début : apple distribue gratuitement son logiciel itunes pour qu’on puisse accéder facilement à son itunes store, et n’a développé ce store que pour vendre ses ipods qui lui rapportent tant.
    CQFD.
    Avec un peu de mémoire les patrons des majors auraient pu anticiper et aujourd’hui on ne parlerait pas de « crise » mais d’évolution du marché.

  2. j’ai résumé, mais pour plus de développements c’est là ^^
    http://www.arbobo.fr/les-independants-ou-la-victoire-dinternet/

    et je recommande la lecture du livre « playback » sur l’histoire détaillée de l’industrie musicale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s