Face au téléchargement, le CD continue de tourner

Les maisons de disques se plaignent, les chiffres d’affaires diminuent, les ventes baissent. Sur le net, les téléchargements grimpent en flèche, iTunes et les autres se frottent les mains. Mais les passionnés continueront toujours d’acheter l’objetmatériel, et le CD ne s’avoue pas vaincu.


Le CD est en mauvaise posture. Selon le syndicat national de l’édition phonographique (SNEP), les ventes ont accusé une baisse de 15% en 2008. En 2009 cette baisse est revenue à 3,4 % : même si les chiffres d’affaires étaient en chute libre depuis quelques années, il y aura toujours des gens pour acheter des CDs.

Le CD, c’est une chose physique, c’est la musique matérialisée. Il est objet de design, au look réfléchi, aux couleurs et images soigneusement choisies. En plus d’écouter la musique, les acheteurs aiment feuilleter le livret, regarder les photos. L’investissement marketing dans l’industrie du disque a augmenté depuis 2007, passant à 72 millions d’euros.

Le CD est devenu un objet de collection ; l’énorme succès de l’intégrale remasterisée des Beatles en est un exemple. Quatre jours après sa sortie, plus de 600 000 exemplaires ont été écoulés aux Etats-Unis. Le prix des coffrets est tout de même de 200€ pour la version stéréo, et 230€ en mono. Les maisons de disques lancent à qui mieux mieux des albums collectors, des éditions limitées, ou des compilations.

Sur le net, le téléchargement rencontre un franc succès, avec une augmentation de 56% l’année dernière, d’après le SNEP ; la musique numérique fait un chiffre d’affaires annuel de plus de 60 millions d’euros. L’achat en ligne constitue une part de plus en plus importante face au marché du CD depuis 2004, avec près de 87 millions de titres achetés en ligne. Les téléchargements d’albums ont augmenté de 1,5 million d’unités en 2009, tandis que les ventes en magasin ont perdu 6,7 millions d’unités. Les revenus du streaming ont doublé. Sans parler du téléchargement illégal, qui fait encore baisser les ventes de CD.

Acheter un album est plus significatif que télécharger un fichier

Mais, différence qui a son importance, la qualité sonore du MP3 est encore loin d’avoir rattrapée celle du CD ; les fans préfèrent s’acheter un album plutôt que de le télécharger en ligne, pour garder un meilleur confort d’écoute. Les meilleures ventes de CD concernent principalement les classiques, tels que les Rolling Stones ou les Beach Boys. Les titres des jeunes artistes et des « nouveaux talents » sont surtout téléchargés en ligne.

Acheter un album, c’est un acte de soutien, comme le montre l’explosion des ventes des disques de Michael Jackson après sa mort. The essential a été la compilation la plus vendue en 2009.

Ces irréductibles acheteurs de CD, qui sont-ils ? Il y a des passionnés, des collectionneurs, mais également des quidams qui aiment avoir leur album préféré en vrai. David Vanuxen, vendeur à O’CD à Lille, nous explique l’importance de l’objet :

M.P

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s