Fan 2.0

Les “ true fans ” sont le cœur de cible de l’industrie musicale. Des inconditionnels dévoués, prêts à dépenser sans compter pour l’exclusivité.

Les vrais fans représentent 20 % des clients mais 80 % des ventes

N’est pas « vrai » fan qui veut. Dans l’industrie musicale, on distingue trois types d’admirateurs : les occasionnels ( 80 % ), les réguliers ( 15 % ) et les vrais, les “ true fans ” ( 5 % ). Les fans occasionnels sont ceux qui piratent le plus, séduits par exemple par un morceau diffusé sur les ondes, sans pour autant s’intéresser à l’artiste. Les fans réguliers suivent l’artiste sur les réseaux sociaux, achètent sa musique. Ils ont le potentiel pour devenir de vrais fans, à condition que l’artiste se rapproche d’eux (via un site web, des exclusivités, etc.). Les vrais fans, eux, seraient prêts à acheter tout ce que vend l’artiste, à parcourir des kilomètres pour suivre sa tournée, etc.

« On ne peut pas monétiser avec tous les fans, il faut s’adresser à ceux dont on est sûr qu’ils vont acheter », à savoir les fans réguliers et les true fans, constate Virginie Berger, consultante en marketing musical et blogueuse. 80% des ventes proviennent de ces 20% de clients. Selon la théorie des 1 000 fans développée par Kevin Kelly, 1 000 true fans suffisent à un artiste pour vivre de son art. « Les vrais fans ne demandent qu’à payer pour soutenir leur artiste et accéder à un contenu exclusif », poursuit Virginie Berger.

Quand les fans payent le loyer

« Il est très important de valoriser les fans, l’artiste doit leur faire comprendre qu’il est content qu’ils soient là », explique la consultante. Si un musicien sait entretenir la flamme chez ses admirateurs, ceux-ci peuvent se montrer d’une grande générosité. La chanteuse américaine Jill Sobule, artiste folk indépendante très active sur Internet, a ainsi fait appel en 2008 à ses fans pour l’aider à financer son septième album.  Elle a levé 80 000 dollars. Amanda Palmer, la chanteuse des Dresden Dolls, a vendu sur Twitter une bouteille de vin autographiée qu’elle venait de boire pour 320 $. Ses fans voulaient l’aider à payer son loyer et à continuer de se concentrer sur la musique.

Chouchouter les fans

Le « pay what you want » (« paye ce que tu veux ») fonctionne aussi très bien, et pas seulement chez les artistes à la notoriété établie comme Radiohead et son In Rainbows. Le groupe français Exsonvaldes, qui donne des « concerts en appartements » chez des particuliers, laisse ses fans fixer eux-mêmes le prix du merchandising. Ils payent en moyenne 20 % de plus que le prix réel.

Tokio Hotel chouchoute ses fans, qui le lui rendent bien

Beaucoup d’artistes l’ont compris, et chouchoutent les fans pur sucre. Le groupe allemand Tokio Hotel, réputé pour sa “fanbase” plus que dévouée, organise à la fin de chaque concert un “photo call”. Quelques fans privilégiés sont tirés au sort pour aller en coulisses et être photographiés avec leurs idoles. Si les admirateurs se sentent reconnus, ils auront d’autant plus envie d’acheter « pour montrer qu’ils sont bien fans », comme l’expliquait une groupie avant le concert de Tokio Hotel à Lille. Un cercle vertueux, si l’on ose dire.

Pauline Turuban

=> Voir la vidéo des fans de Tokio Hotel avant leur concert au Zénith de Lille (par Lucie Robert)


Publicités

2 réponses à “Fan 2.0

  1. Très intéressant la relation artiste/fans..
    Je dirai même incontournable aujourd’hui!

    Merci pour cet article dédiés aux fans..; )

    Alex@ndros.

  2. C’est toujours « rassurant » de voir de quelle façon l’on mesure le degré d’attachement d’un fan à un artiste : à la quantité d’argent dépensée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s