Paroles et musique, un lexique pour comprendre la crise du disque

Ringtone, streaming et SMAC… poser des mots sur les maux de l’industrie de la musique.

Agent : personne ou société représentant un ou plusieurs artistes en vue de conclure des contrats de spectacles. Il est en général rémunéré par un pourcentage sur le cachet de l’artiste.

Contrat de licence : convention conclue entre un producteur et une maison de disques par laquelle le producteur cède à celle-ci le droit de reproduire, distribuer et assurer la promotion de l’enregistrement en échange d’une redevance perçue sur chaque exemplaire vendu.

Droit de reproduction mécanique (DRM) : Droit payé aux auteur, compositeur et éditeur d’une œuvre musicale lors de sa reproduction sur disque (ou cassette). Elle est calculée en général sur le prix de vente en gros de l’exemplaire considéré.

Disque d’or : récompense remise à un artiste pour souligner qu’un album musical s’est vendu à un certain nombre d’exemplaires. Ce seuil est établi de façon arbitraire et varie selon les pays. En France, les récompenses sont certifiées par le syndicat national de l’édition phonographique (SNEP). Depuis juillet 2009, le seuil est fixé à 50 000 exemplaires.

Droit d’auteur : droit appartenant à l’auteur sur l’exploitation de son œuvre. On distingue essentiellement les droits patrimoniaux et les droits moraux.

Editeur : personne ou société à qui l’auteur et/ou le compositeur d’une chanson ont cédé leurs droits en contrepartie de l’obligation pour l’éditeur d’assurer l’exploitation de leur œuvre. L’éditeur perçoit une partie des droits revenant aux auteurs et compositeurs.

Gestion des droits numériques (GDN): technique de protection et de contrôle d’utilisation de fichiers, plus souvent présente sur les CDs et DVDs, mais concernant également les données disponibles en téléchargement légal.

Gramophone : mis au point en 1888 par Emile Berliner. Son procédé de gravure verticale sur cylindre révolutionne le phonographe mis au point par Thomas Edison, car il réduit les distorsions du son. Le gramophone permet d’utiliser des disques à gravure latérale, soit un va-et-vient du stylet graveur dans le plan du disque. Berliner invente aussi un procédé de matrice permettant la production en masse de disques, ce qui favorisera le développement de l’industrie musicale.

Hadopi : Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet. Il s’agit d’une autorité publique indépendante créée par la Loi Création et Internet instituée par le décret du 31 décembre 2009. Elle est composée d’un collège et d’une commission de protection des droits.

Industrie musicale : regroupe l’intégralité des acteurs économiques permettant à la création artistique musicale de fonctionner également comme secteur économique.

Label: société éditrice de disques. Elle est chargée d’éditer et de distribuer les disques. Le label est par extension la marque déposée par cette société. Les quartes labels les plus importants (major du disque) se partagent l’essentiel du marché mondial. De très nombreux petits labels ou labels indépendants se partagent le reste. Un artiste peut également s’auto produire. Les Label Jazz sont donc les maisons de disques éditant les artistes de jazz.

Label indépendant : structure de production de disque indépendante des grndes compaggnies (majors) de l’industrie du disque.

Lignes traitées : somme des écoutes et téléchargements déclarés à la SACEM*

Maison de disque : entreprise chargée de créer, produire et éditer des œuvres phonographiques. Le label, qui désigne simplement la dénomination commerciale d’une maison de disque, est une subdivision de celle-ci.

Major : société multinationale de l’industrie du disque (Warner, BMG, Sony, Universal, Virgin).

Musique équitable : elle a pour objectif d’appliquer les principes du commerce équitable à la musique. Trois dimensions la définissent : économique, sociale et politique. A été inventé par le label Reshape music en 2006.

Economie : le modèle est repensé pour les artistes et leur garantit une meilleure rémunération.

Société : la musque équitable fait naître des partenariat avec les artistes basés sur la confiance, l’échange et la transparence plutôt que sur des relations purement contractuelles.

Politique : sensibilisation du public à de nouvelles valeurs dans la musique et pour la société.

Opérateur : entreprise fournissant un ensemble de services liés aux télécommunications (téléphonie fixe, téléphonie mobile, Internet).

Paléophone : Inventé en 1877 par l’ingénieur français Charles Cros, il permettait de graver les vibrations sonores dans du métal à l’aide d’un crayon rattaché à une membrane vibrante. Un système réversible : lorsqu’on fait repasser la pointe dans le sillon, la membrane restitue le signal acoustique original.

Phonographe : inventé en 1877 par l’ingénieur américain Thomas Edison. Il utilise le système du téléphone pour l’élaborer, mais il remplace le transmetteur par un microphone plus sensible aux vibrations sonores, ce qui lui permet de créer cet appareil de reproduction du son.

SACEM : société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique est une société de gestion des droits d’auteur reconnue et contrôlée par l’Etat et chargée d’une mission de service public. Elle a pour objectif la gestion collective de la collecte et de la répartition des droits d’auteur des œuvres musicales de son catalogue qui sont perçus lors d’une diffusion en public ou lors de leur reproduction sur différents supports.

Scènes de musiques actuelles (SMAC) : lieux musicaux de petite et moyenne capacité jouant un rôle fondamental en termes de diffusion et d’action culturelle. Ce sont des espaces de création ouverts à un large public notamment aux jeunes qui s’inscrivent dans une perspective d’aménagement culturel du territoire.

Sonnerie : On distingue les « musitones » et les « pictones ». Les « musitones » sont des sonneries de qualité hi-fi réalisées à partir de masters (enregistrement original d’une oeuvre). Les «pictones» sont associées à de la vidéo.

Le marché des sonneries pour mobiles a représenté un chiffre d’affaires mondial de l’ordre de 3 milliards de dollars en 2003, l’équivalent de 10% du marché du disque en valeur. Les maisons de disques touchent désormais des droits sur les sonneries de nouvelle génération, réalisées à partir de leurs artistes phares. Mais ce modèle périclite.

Streaming : mode de transmission de données audio et vidéo. Ces dernières sont transmises en flux continu dès que l’internaute sollicite le fichier plutôt qu’après le téléchargement complet de la vidéo et de l’extrait sonore. Des logiciels de lecture audio et vidéo tels que Realone de Realnetworks, Quicktime Player d’Apple et Windows Media Player de Microsoft donne accès à du contenu audio et vidéo diffusée sous le mode du streaming.

Synchronisation : reproduction d’un enregistrement sonore au sein d’une œuvre audiovisuelle (film, publicité). La synchronisation doit être autorisée par l’éditeur de l’œuvre et par le producteur de l’enregistrement.

Téléchargement : transfert de programmes ou de données d’un ordinateur vers un autre. Pour un internaute, le téléchargement est le plus souvent un transfert vers son propre ordinateur à partir d’un serveur, mais il peut avoir lieu dans l’autre sens. Équivalent étranger : downloading (téléchargement à partir d’un autre ordinateur), uploading (téléchargement vers un autre ordinateur).

Usages légaux : de nombreux sites internet proposent le téléchargement de vidéos (Vidéo à la demande ou VOD), de musiques, de jeux, de logiciels, de données GPS ou de modèles 3D. En VOD, l’utilisation du fichier téléchargé est contrôlé par une gestion numérique des droits (DRM*) et permet de définir et fixer une période d’utilisation légale, le nombre de copies du fichier et les supports de stockage ou de lecture autorisés.

Usages illégaux : il peut être illégal de télécharger de la musique, des vidéos ou des logiciels commerciaux. Ils sont généralement téléchargés à l’aide de logiciels pair à pair (P2P) tels que Bitorrent. Bien que cela soit illégal, beaucoup de personnes téléchargent illégalement et en toute impunité. Cependant, certains gouvernements commencent à s’intéresser au problème, par exemple le gouvernement français avec la loi Hadopi*.

Tourneur : son rôle est d’organiser les tournées dans les salles, SMAC* (scènes de musiques actuelles), scènes nationales, scènes conventionnées, service culturel, théâtre, etc. Il ne fait pas de location de salle (c’est le travail du producteur) et n’est normalement pas en contact avec les médias (c’est le travail des attachés de presse). Il cherche des dates pour des artistes, il doit être présent lors de leur présentation (pour recevoir les diffuseurs), accompagner les artistes lors des concerts, etc.

Gaëtan Goron et Séverine Picard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s