Archives de Tag: Vive la crise du disque!

« Le marché du disque a baissé de plus de 50% en six ans »

3 questions à Olivier Vitu, responsable marketing et communication client à la Sacem.

Crise du disque, loi d’Hadopi, disparités entre artistes, il analyse les caractéristiques du marché de la musique.

Comment évaluez-vous le marché de la musique avec la crise du disque ?

Le marché du disque est en forte baisse depuis 2003 à cause du piratage, qui n’est pas la seule raison car il y a la responsabilité de l’offre musicale, la promotion d’artistes… C’est une baisse de plus de 50% en six ans et qui est loin d’être compensée par l’exploitation on line des œuvres. Les spectacles affichent toutefois une très bonne santé, surtout pour les grandes tournées et les vedettes très connues.

Lire la suite

La synchro de pub, avenir de la musique ?

Les disques se vendent moins mais les pubs continuent de se faire et permettent aux artistes et maisons de disques de compenser leurs pertes. Lumière sur la synchro de pub.

Le titre "New Soul", fond sonore de la pub du MacBook Air, a permis à la chanteuse Yaël Naïm de se lancer

Daft Punk, White Stripes et Coldplay. Ces trois pointures ont récemment dit oui à la synchro de pub après avoir été des réticents de la première heure. La synchro de pub, c’est quoi ? Mais c’est mettre de la musique en fond des publicités télévisées. C’est Ludovico Einaudi en fond sonore pour Orange, What a day for a  daydream pour Chanel ou Prokofiev pour Coca-Cola. Aujourd’hui, les maisons de disques gagnent moins d’argent dans certains domaines, comme la vente de disques-formellement appelée « musique physique » par le syndicat national de l’édition phonographique (SNEP) et plus dans d’autres. Pourtant, elles ont toujours été ouvertes à la synchro. Pour Jules de Chateleux, synchronisateur de publicité au département « Division » chez Les Télécréateurs, la seule différence, c’est qu’aujourd’hui les maisons ont plus d’arguments pour convaincre leurs artistes.

Lire la suite

Vive la crise du disque ! Entretien avec Emmanuel Torregano

En choisissant Vive la crise du disque ! comme titre de son livre, Emmanuel Torregano a voulu souligner le fait que la crise que traverse l’industrie musicale est un moment extraordinaire pour repenser les modèles anciens qui ne fonctionnent plus. Gagner autant d’argent qu’auparavant? Oui c’est possible. La réponse en trois points avec ce spécialiste de la question, plutôt optimiste.

BASCULER COMPLÈTEMENT DU CD VERS LE DÉMATÉRIALISÉ

Dans les années 90-2000 le marché de la musique était monopolisé par le support CD. Les maisons de disques avaient des chances de réussite, des marges très importantes et négligeaient un peu les autres supports. Aujourd’hui, elles payent cette frilosité, mais rien n’est perdu : « Clairement, l’avenir de la musique est sur les réseaux et, si elles exploitent bien le marketing, elles pourront, très vite, faire autant voire mieux qu’avec le CD ».

Lire la suite

« Le disque reste très structurant dans les pratiques »

Emilie Da Lage, chercheuse en sciences de la communication à l’université Lille III, analyse les caractéristiques de la crise actuelle du disque

L’industrie du disque traverse-t-elle une crise inédite ? Emilie Da Lage, membre de l’Observatoire des mutations des industries culturelles (OMIC) et maître de conférences à l’université Lille III, est mitigée.  « Cette crise n’est pas si inédite que cela. L’industrie du disque a déjà connu des passages à vide, mais a toujours trouvé des parades en renouvelant les formats de diffusion et d’enregistrement de la musique. Par exemple, au début des années 1980, le CD est apparu comme LA solution pour relancer un marché très mal en point », explique-t-elle.

Lire la suite